• Fly

365 jours …

Mis à jour : 23 juil. 2018

Puis j'ai pris une photo (ci bas) la semaine dernière et j'ai réalisé qu'un an, 365 jours de rehabilitation, d'effort, de Yoga (qui m'a assurément sauvé la vie, (merci t d'articulation enflammées. Je ne m'étais, même au plus fort de la maladie, donné l'autorisation de prendre un ascenseur. Pas question de donner du terrain a cet horreur là. Quitte à monter une marche à la fois. Quitte à redescendre en m'agrippant, les jointures marbrées, à la rampe pour ne pas me laisser tomber. Tout mon coté droit était atrophié, du pied à la nuque. J'avais les épaules tombantes et les omoplates complètement décollées de la cage thoracique. Sept centimetres de circonférence manquait à ma cuisse et ma fesse droite était désactivée, plate, comme morte. Un soir, en sortant de la douche, je me suis regardé dans le miroir. L'image d'une femme, les épaules voutées, la tête basse et une bosse derriere la nuque. Un monstre d'abandon. Si j'avais une seule fierté depuis le début de ma vie d'adulte, c'était de me tenir droite devant l'adversité, mentalement et physiquement et à ce moment là, j'ai pleuré, pleuré de frustration, de douleur, de peur, et d'avoir à affronter l'image que je ne reconnaissais plus du tout.

Puis j'ai pris une photo (ci bas) la semaine dernière et j'ai réalisé qu'un an, 365 jours de rehabilitation, d'effort, de Yoga (qui m'a assurement sauvé la vie, (merci Jean-Louis, Vanessa, Catherine et Valérie), de nage, d'escalade (Merci Salt N Pepper Feather, je t'aime! Merci le Crux!), de kayak, de marche et recemment, retour à la course (merci Alexis pour le défi!), m'aura permit de me reconnaitre à nouveau, de retrouver ce corps capable de soulever des poches de ciment pendant 12 heures et adorer ça.

Un an. Je pourrais dire hier. Je pourrais aussi croire 7 ans tellement je me sens ennivrée de ce corps qui me permet aujourd'hui, à nouveau, d'être ce que j'ai toujours été; droite et forte, entrainée et endurante. En respect avec l'histoire, les souvenirs et les blessures de ce corps qui me portera, le seul qui puisse me le permettre, je le soignerai, le cherirai et celebrerai la vie qu'il m'offre.

Prenez grand soin de votre santé, comprenez les signaux de votre corps, apprenez à le respecter, à le pousser à des limites acceptables, dans le plaisir et le défi. La maladie ne doit pas etre un frein mais un leitmotiv de ne jamais arreter de bouger, de s'offrir le meilleur, de s'offrir LA LIBERTÉ.

Ne prenez jamais, ni votre santé ni votre corps pour acquis. Ni ses limites, ses capacités, sa souplesse et sa force. Ni ce avec quoi vous le nourrissez. C'est si facile de juste, laisser aller.

Mais c'est le seul à pouvoir vous porter, même quand vous mourez, il sera le seul représentant de ce que vous aurez honoré...



© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now