• Fly

Fréquenter les ombres …

Je n’ai pas peur de la misère humaine ni des corps sans vie qu’on doit réanimer. Je n’ai ni peur du vide, ni de la douleur. Je n’ai pas peur du silence, de la solitude ou de l’échec. La chaleur, le froid, la pluie ne sont que des phénomènes naturels qui m’accompagnent et colorent mes journées, ils ne m’empêchent en aucun cas d’avancer.

Mais j’ai bien peur d’une chose. Une chose qui revient toutes les 24 heures et qu’on oublie potentiellement quand on habite en milieu civilisé. Je dois apprivoiser toutes les illusions que mon esprit me façonne quand je plonge dans la noirceur complète de la nuit dans les endroits où la nature reprend toute son autorité.

Alors je choisi volontairement de faire des marches de nuit, en prenant les routes les moins fréquentées entre deux points. Dans le noir, vaut mieux laisser le soin aux cinq sens de faire leur boulot et d’éteindre toutes les lumières artificielles qu’on s’est inventé pour se donner un sentiment de sécurité.

Le moment où, à mi-chemin entre ce qu’on croit être le néant (alors qu’on connait la route de jour presque sur le bout des orteils), le cœur s’emballe en entendant un bruissement, là où l’instinct commence à se crier « Flight or fight !» et qu’on arrive à garder le contrôle, à maitriser les pas sans s’emballer et même à stopper la marche pour assimiler ce que nos sens aux aguets nous envoient comme message; c’est une horde de démons qui attaquent et qui s’évanouissent en bruine en touchant la barrière invisible qu’on s’est érigé.

Pas question que je parte la peur au ventre. Je m’apprivoiserai.


© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now